Chris Kobanga à l’IFB le samedi 9 juin à 20h30

Chris Kobanga
en concert à l’Institut français du Bénin
Samedi 9 juin 2012 à 20h30
(entrée : 3000 Fcfa / 2000 Fcfa pour les adhérents)

C’est dans les rues de Brazzaville, école du meilleur et du pire, que Chris Kobanga se bâtit en tant qu’artiste. Il se forme en tant que danseur et musicien. Alors que beaucoup prennent les armes, Chris, adolescent, se jette à corps perdu dans la musique. Il parcourt le pays, muni de son N’goma (percussion traditionnelle congolaise), et chante la guerre, le sort des enfants des rues, la lutte pour la survie. Ses références musicales sont très éclectiques : typiquement congolaises avec des artistes tels que Franco, Zao, Koffi, Papa Wemba…, mais aussi empreintes d’influences reggae avec Lucky Dube, Alpha Blondy et l’incontournable Bob Marley.

Cette période sombre de l’histoire congolaise le dévaste autant que son pays qu’il décide de quitter en 2002. C’est au Mali qu’il développe son art, en créant son groupe « N’Gomafrika », au sein duquel il collabore avec des artistes locaux et internationaux (Adama Yalomba, Cheick Tidiane Seck, Cherif Soumano…). Il enrichit alors sa musique d’instruments traditionnels ouest-africains, tels que le N’Goni, la Kora, le Balafon, et participe très activement jusqu’en 2011 à la vie culturelle du Mali, à travers de nombreuses et régulières représentations : Festicauris, Festival International de Percussions (FESTIP), « Dense Bamako Danse », Festival Sankumbé, etc.

JPEG - 105 ko

Désormais installé au Bénin, Chris Kobanga décide, comme pour une renaissance, de moderniser sa musique sans pour autant se détacher de sa culture « tradi ». S’entourant d’artistes locaux, Chris y apporte un nouveau style débordant d’énergie afin de transmettre, sans aucun misérabilisme, ses messages d’amour, de paix, d’espoir. Ses compositions sont autant d’hymnes à la vie. On ressort de son concert avec un sourire dont on ne peut se séparer.

En bref, l’art de Chris Kobanga est bon pour la santé et à consommer sans modération. Rdv le samedi 9 juin à 20h30 à l’Institut Français du Bénin !

Dernière modification : 09/07/2015

Haut de page