Commémoration franco-allemande du 11 novembre

Nous avons célébré ce mardi 11 novembre le 96ème anniversaire de l’armistice de 1918. En cette année 2014, cet anniversaire était d’autant plus important qu’il marquait le début d’une série de commémorations de notre Ambassade au Bénin autour du Centenaire de la Grande Guerre. Les cérémonies s’étaient ouvertes à Paris le 14 juillet dernier lors du traditionnel défilé des Champs Elysées auquel a participé, parmi plus de 70 pays invités, une délégation civile et militaire du Bénin.

Mardi matin, le cortège diplomatique est donc parti de Cotonou pour rejoindre le cimetière français de Ouidah où était organisé le début des commémorations, en présence d’anciens combattants et des représentations des institutions civiles et militaires béninoises et étrangères. L’Ambassadeur d’Allemagne, Hans Jörg Neumann, était également présent aux côtés de l’Ambassadrice. Les deux Ambassadeurs avaient en effet choisi de déposer de concert une gerbe commune, aux deux couleurs nationales, lors de la cérémonie commémorative. Cette dernière fut émouvante, grâce notamment à une participation nombreuse des Forces armées béninoises mais aussi des enfants du Lycée Montaigne qui ont entonné à deux reprises La Marseillaise. Pour l’anecdote, étonnés de ne pas être applaudis à la fin de leur performance, les enfants ont alors cherché des explications. L’Ambassadrice et le Premier conseilleur ont pu les rassurer en leur expliquant qu’un hymne national ne faisait jamais l’objet d’applaudissements. Cette cérémonie fut également l’occasion d’honorer trois officiers du Haut commandement militaire des Forces armées béninoises en les décorant lors de la prise d’armes au nom du Président de la République française. Ainsi, le contre-amiral Denis Hounsou Gbèssèmèhlan, chef d’Etat-major général des Forces armées béninoises et le capitaine de Vaisseau Joseph Gonsallo, chef d’Etat -major des Forces navales ont été élevés au grade d’officier de la Légion d’Honneur ; tandis que le colonel Laurent Amoussou, Secrétaire général du ministère de la Défense de la République du Bénin, a été fait Chevalier de la Légion d’Honneur. A midi, une réception à la résidence du Consul honoraire de Ouidah et de son épouse, Georges et Gisèle Beaulaton, a permis aux invités d’échanger autour de quelques rafraîchissements.

JPEG
JPEG
JPEG
JPEG
JPEG

La journée de commémorations a finalement été clôturée dans la soirée par une réception à la Résidence de l’Ambassadrice de France, au cours de laquelle l’Ambassadrice a pu rappeler le rôle des Forces africaines tout au long de la Grande guerre, en évoquant les 250 000 tirailleurs originaires du Bénin et de l’ensemble des pays de l’Afrique occidentale française qui se sont battus sur les champs de bataille en France, sur le front d’Orient, aux Dardanelles et en Egypte. L’Ambassadrice a rappelé la nécessité de leur rendre hommage, en citant un poème de Léopold Sédar Senghor gravé sur le mémorial de « l’Armée Noire » à Fréjus : « Passant, Ils sont tombés, Fraternellement unis, Pour que tu restes Français » (voir ici pour plus d’informations sur les monuments aux combattants d’Afrique noire). Cette réception à la Résidence de France a également permis aux proches des décorés de participer à l’hommage qui leur était rendu.

JPEG

Dernière modification : 18/11/2014

Haut de page