Conférence scientifique le 9 juin 2011

Une conférence sur le thème "Anthropologie des maladies à vecteurs et de la lutte antivectorielle" aura lieu le jeudi 9 juin 2011 à 10h00 à l’amphithéâtre de l’Institut des Sciences Biomédicales Appliquées (ISBA) - Champ de foire, Cotonou (Bénin)

Le conférencier, Marc Egrot, anthropologue et médecin, chercheur en anthropologie de la santé au sein de
l’UMR MIVEGEC - Maladies Infectieuses et Vecteurs (UM1-UM2-CNRS 5290-IRD 224), travaille au Centre de Recherche Entomologique de Cotonou (CREC), de Cotonou.


Résumé de la conférence :
Un rapide survol du champ disciplinaire et quelques exemples de recherches appliquées permettront de mettre en avant l’intérêt d’une approche en anthropologie de la santé au sein d’une unité de
recherche multidisciplinaire.

Marc Egrot a pour mission de développer, au sein de l’UMR 224 de l’IRD, en articulation étroite avec les recherches en biologie menées par l’Unité et les partenaires un volet de recherches en anthropologie de la santé intitulé AMAVEL : Anthropologie des Maladies à Vecteurs Et de la Lutte antivectorielle.

Ce volet permettra de mieux comprendre comment les représentations culturelles et les pratiques sociales interfèrent avec le développement des vecteurs, la transmission des maladies et la mise en œuvre de la lutte.

Il se divise en 4 axes :

- Les représentations culturelles des entités nosographiques populaires en rapport avec les
entités nosographiques biomédicales étudiées (sémiologie populaire, modèles étiologiques, représentations de la transmission, recours thérapeutiques préventifs ou curatifs).

- Les risques en rapport avec la maladie et les méthodes de lutte.

- La circulation, perception et transformation des messages d’informations sanitaire ou de prévention relatifs au paludisme (ou autres maladies à vecteurs) entre les divers acteurs du système de
santé.

- Les objets utilisés pour la lutte (moustiquaires, répulsifs, médicaments, etc…) dans la ligne des analyses produites en anthropologie du médicament.

L’ethnographie est faite auprès de la population, mais aussi des acteurs de santé publique, de la médecine clinique ou de la recherche travaillant sur la prévention, la lutte antivectorielle ou le traitement des
maladies étudiées. Le recueil des informations se fait par des méthodes ethnographiques qualitatives.

PDF - 88.3 ko
(PDF - 88.3 ko)

Dernière modification : 27/05/2011

Haut de page