[Coopération de Défense] - Former, préparer, optimiser

JPEG

Former des experts et préparer un détachement :

Créé récemment sur le camp de Cana, à proximité d’Abomey et de Bohicon, placé sous les ordres du chef d’escadrons Bio Yiro, le centre de formation aux opérations de maintien de la paix (CFOMP) a accueilli dans ses remarquables installations 20 militaires des EFS. En leur qualité d’experts, ceux-ci ont conduit du 5 au 14 décembre 2017 une série de DIO mobilisant environ 300 militaires des Forces Armées Béninoises (FAB), qui ont permis d’assurer la mise en condition avant projection (MCP) d’un détachement de 250 hommes et la formation de 60 formateurs et spécialistes.

Destiné au personnel armant un détachement de circonstance mais aussi à l’encadrement du centre, ces DIO relevaient pour l’essentiel de formations d’état-major (PC BAT), de combat du génie (CIED) et de sauvetage de combat (SC).

Conduit indépendamment des formations dispensées depuis deux mois dans le cadre du dispositif de coopération américain ACOTA mais s’inscrivant en complément de celles-ci, chacun de ces DIO a incontestablement contribué à étoffer tant la préparation que la résilience du contingent béninois. Après la première édition de décembre 2016, ce détachement était le deuxième des EFS à être déployé à Cana pour conduire ces actions de formation très spécifiques. Tirant profit des retours d’expérience, une troisième édition est d’ores et déjà programmée pour 2018.

Optimiser la préparation d’un état-major opérationnel :

Mené du 5 au 14 décembre 2017 sous les ordres du chef de bataillon Jérôme, par ailleurs chef du détachement des EFS déployé au Bénin, le DIO « poste de commandement de bataillon » (PC BAT) visait à approfondir la préparation du personnel dirigeant le détachement de 250 militaires. Placé sous les ordres du capitaine Adjele, sélectionné pour la mission, renforcé de toute la gamme de spécialistes dont il aura besoin pour conduire son action (des opérationnels, des logisticiens, des médecins, mais aussi des spécialistes des communications ou des affaires juridiques), ce DIO a permis de parfaire l’entraînement du poste de commandement.

Pour la première fois, ce DIO a été prolongé par une préparation spécifique de l’état-major à la prise de mesures visant à lutter efficacement contre les engins explosifs improvisés (CIED), nouvelle menace majeure de nombre de théâtres, notamment au Mali.

Car, comme l’affirmaient les lieutenants colonels Bernard et Pascal, experts blanchis sous le harnois des états-majors venus mettre leurs compétences au service de leurs jeunes frères d’armes, « seuls l’entraînement et la réflexion amont comptent : face à l’urgence, sans expérience, il est trop tard pour improviser lorsqu’il s’agit de décider ! ».

Dernière modification : 27/12/2017

Haut de page