Fin de stage TIC au CPPJ

JPEG

Jeudi 4 juin 2014, ce sont 22 stagiaires issus de 16 pays d’Afrique qui ont terminé leur cursus de formation en matière de police technique et scientifique au terme de 6 semaines intenses de cours, de travaux pratiques et des nécessaires contrôles de connaissances au Centre de Perfectionnement de la Police Judiciaire (CPPJ) à Porto-Novo. La cérémonie de diplôme de Technicien en Investigation Criminelle (TIC) a été présidée par l’Ambassadrice de France, Mme Aline Kuster-Ménager, et le Directeur Général de la Gendarmerie Nationale, le Colonel Awal Djibril Nagnimi.

JPEG

Les TIC (Techniciens en Investigation Criminelle) occupent un rôle prépondérant lors des enquêtes judiciaires. Toute enquête est conditionnée par la qualité des premières constations. Il est essentiel d’effectuer méticuleusement les relevés d’empreintes, de réaliser et de conserver les prélèvements dans des conditions satisfaisantes.

JPEG

Les stagiaires, retenus par leurs pays respectifs pour venir au CPPJ, ont acquis au cours de ce séjour des connaissances et des savoir-faire précieux. Ils peuvent être fiers d’avoir pu y suivre une formation qualifiante qui les distingue de leurs pairs mais qui les fait aussi appartenir à une grande famille. Au-delà de l’insigne distinctif qu’ils peuvent arborer fièrement sur leur poitrine, ils constituent désormais une communauté qui pourra leur être utile en matière de lutte contre la criminalité transfrontalière. Ils constituent un réseau qu’il leur appartient désormais d’animer.

Le CPPJ a été créé en 1999 et a acquis une dimension et une renommée internationale du fait de sa spécificité et de la qualité de l’enseignement qui y est dispensé. La coopération française cessera son appui à ce centre au 1er juillet 2014 après un partenariat de 15 ans avec la gendarmerie béninoise. Ce départ de la coopération française n’est pas une fin en soi et le CPPJ, riche de plusieurs années d’existence et d’expérience, doit continuer à fonctionner. Le Bénin a la capacité de le faire à l’instar d’autres structures fruits de notre coopération. Il s’agit par exemple du Centre de Documentation et de Sécurité Public remis au Bénin en décembre 2012 et aujourd’hui identifié par INTERPOL et l’Union européenne comme un projet pilote pour la sous-région.

L’Ambassadrice de France a tenu à féliciter l’encadrement du CPPJ (instructeurs et administratifs) pour le travail accompli, remercier le commandant de l’école mais aussi et surtout le directeur général de la gendarmerie qui ont permis, parfois dans des conditions difficiles, d’assurer la bonne conduite de ce stage et de réserver le meilleur accueil possible à tous les stagiaires qui se sont succédés ici. Les deux coopérants français de la Gendarmerie Nationale, le lieutenant-colonel Pierre Fernandez (directeur des études du CPPJ) et l’adjudant-chef Franck Glanard (instructeur) ont été particulièrement félicités par l’Ambassadrice et le Directeur général de la Gendarmerie nationale du Bénin.

JPEG


LE CENTRE DE PERFECTIONNEMENT DE LA POLICE JUDICIAIRE (CPPJ)

Le Centre de Perfectionnement de la Police Judiciaire de Porto-Novo est une Ecole Nationale à Vocation Régionale placée sous l’autorité du directeur général de la gendarmerie nationale du Bénin. Ce centre, unique en son genre en Afrique, n’a cessé de grandir et d’acquérir une stature internationale qui en fait une école de référence et un pôle d’excellence en matière de police judiciaire.

Depuis son ouverture en 1999, ce sont quelque 3295 gendarmes et policiers qui y ont été formés à l’occasion de stages de haut niveau. L’offre de formation, notamment dans ses volets consacrés à la lutte contre la criminalité organisée, les questions de droit, de sécurité et de maintien de la paix répondent pleinement aux attentes des différentes instances internationales et sont conformes à la charte de la CEDEAO et de l’OGA (organisation des gendarmeries africaines).

Les formations dispensées dans ce centre sont aussi le fruit de l’expression des instances africaines de pouvoir disposer d’un enseignement commun pour toutes les forces de sécurité susceptibles d’être engagées dans des opérations de la paix et de pouvoir s’appuyer sur une approche technique et opérationnelle identiques s’affranchissant des particularismes locaux et des systèmes judiciaires propres à chaque pays. Pour autant le contenu même de l’enseignement délivré ici contribue au renforcement de capacités personnelles des stagiaires et les prépare au mieux à la lutte contre la criminalité organisée nationale ou transfrontalière.


_

Dernière modification : 19/06/2014

Haut de page