Formation en sureté à l’aviation civile de Cotonou

Une formation d’aide à la rédaction des textes de sûreté de l’aviation est dispensée depuis lundi 22 août à l’Agence Nationale de l’Aviation Civile (ANAC) à Cotonou.

Quatorze personnes issues des corps de l’ANAC, de l’Agence pour la sécurité de la navigation aérienne en Afrique et à Madagascar (ASECNA), de la Police et de la Gendarmerie, en charge de la sûreté à l’aéroport international Bernardin GANTIN de Cotonou en bénéficient. L’objectif de cette formation qui durera cinq jours est de répondre aux besoins organisationnels de la sûreté de l’aviation civile du Bénin en fournissant un appui à la rédaction des textes exigés par l’OACI.

La formation s’inscrit dans le cadre du projet élaboré et financé par la coopération française : Appui à la sûreté de l’aviation civile en Afrique (ASACA).

Deuxième stage du projet après celui portant sur la gestion de crises organisé en mai dernier, cette formation a pour but de faire acquérir aux participants tout d’abord les connaissances nécessaires pour identifier les lacunes en matière de textes nationaux (différents plans nationaux de sûreté) et de textes aéroportuaires (plan de sûreté aéroportuaire et procédures d’exploitation normalisées), puis les compétences et les outils rédactionnels qui permettront d’améliorer les textes existants et d’élaborer ceux manquants. Elle va permettre ensuite aux autorités compétentes de disposer de textes cohérents en adéquation avec la législation nationale et en accord avec les pratiques professionnelles.

JPEG

La formation est dispensée par deux experts en sûreté : M. Fidelis NDUM NKOM, instructeur à Yaoundé et M. Nicolas NTAMACK, instructeur au centre AVSEC/OACI à Dakar, tous deux certifiés par l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI).

Le projet ASACA a été élaboré en partenariat avec l’Agence pour la sécurité de la navigation aérienne en Afrique et à Madagascar (ASECNA), l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) et l’appui de la Banque mondiale.

D’une durée de trois ans, il vise à renforcer le niveau de la sûreté de l’aviation civile des Etats d’Afrique de l’Ouest, centrale et de certains Etats de l’Est. Au total, 20 pays africains bénéficient de ce projet d’un montant de 655.000.000 FCFA qui se décline principalement en programmes de formation dans le domaine de la sûreté de l’aviation civile.

La mise en œuvre du projet est coordonnée au plan régional par la cellule régionale d’assistance à la sûreté de l’aviation civile (CRASAC), basée à Dakar et composée de policiers français.

D’autres formations en matière de sûreté de l’aviation civile sont programmées au Bénin en octobre prochain et au cours de deux années suivantes. La prochaine formation portera sur la gestion de la sûreté.

JPEG

Dernière modification : 22/08/2011

Haut de page