L’AFD et le Bénin : miser sur la jeunesse et améliorer l’accès de tous aux services essentiels

L’AFD en Afrique

PNG

Aujourd’hui, 50 % de l’activité de l’AFD (hors Outre-mer français) concerne directement l’Afrique. Capable d’intervenir dans les 54 pays du continent, l’AFD mène actuellement des projets dans 44 d’entre eux.

Si l’effort en faveur du continent ne cesse de progresser, la stratégie Afrique de l’AFD pour la période 2017-2021 marque une évolution. Jusqu’alors, le continent était appréhendé de manière dissociée : l’Afrique du Nord d’un côté, l’Afrique subsaharienne de l’autre. Désormais, notre action embrasse l’ensemble du continent.

Les enjeux transnationaux se font en effet de plus en plus pressants, les flux intracontinentaux (personnes, biens, argent) ne vont cesser de croître dans les années à venir. Le continent est en outre marqué par une forte augmentation de la pression démographique, des enjeux sécuritaires, tout comme des effets du changement climatique. Dans ce contexte, renforcer la gestion d’espaces, de problématiques ou de ressources en commun apparaît comme primordial.

De plus, la diversité des économies et des régions d’Afrique implique de poser un regard stratégique toujours plus fin sur les actions menées. Présente aujourd’hui sur la plus grande partie du territoire africain, l’AFD dispose de la capacité d’agir et d’appréhender au mieux les dynamiques des sous-régions.

L’AFD au Bénin

Petit pays d’Afrique de l’Ouest, bordé par le Togo, le Nigéria, le Burkina Faso et le Niger, le Bénin possède une côte de 121 km sur le golfe de Guinée. Il compte plus de 10 millions d’habitants, dont 40 % vivent en-dessous du seuil de pauvreté.

Le Bénin reste l’un des pays les moins avancés du continent malgré sa stabilité politique et de nombreux atouts. Ses ressources agricoles et touristiques sont importantes, sa population est jeune et sa position géographique, proche de grands marchés (Nigéria, arrière-pays) en fait un centre de transit important et l’un des pays à fort potentiel de la région.

Mais le Bénin reste trop dépendant du commerce informel de transit vers son voisin nigérian (20 % du PIB) et de la production agricole (25 %). Il peine à faire face aux besoins d’une population en pleine croissance et à offrir à son secteur privé un climat propice aux affaires. Le gouvernement béninois doit relever le défi de l’accès à l’électricité, à l’éducation, à la santé ou encore d’un développement équilibré et durable de son territoire.

Le Bénin fait partie des 17 pays prioritaires de l’aide française. Présente depuis 1970, l’AFD a fait des défis nationaux ses priorités. L’AFD agit auprès des acteurs publics et privés grâce à des prêts, des dons, des garanties et de l’assistance technique.

Entre 2008 et 2016, l’AFD a engagé 220 millions d’euros dans le pays.

PNG

Visualiser la cartographie des projets financés par l’AFD au Bénin

Renforcer le système éducatif et la formation

Le Bénin connait une croissance démographique continue, qui exerce une pression sur son système éducatif. En 2020, le pays devrait héberger une population scolarisable de 5 millions de personnes (contre 3,9 millions en 2010). Autant dire que les défis sont nombreux en termes d’accès à l’éducation et de qualité de l’offre. Quant à la formation professionnelle, elle n’est pas en adéquation avec les besoins des entreprises.

Le gouvernement béninois a ainsi adopté un plan décennal de développement du secteur de l’éducation, axé sur le renforcement de l’enseignement secondaire.

Pour soutenir cette stratégie et plus globalement l’insertion professionnelle des jeunes Béninois, l’AFD accompagne le ministère de l’Éducation dans le pilotage du plan :

- l’AFD appuie sa mise en œuvre en misant sur l’encadrement des enseignants et la promotion des matières scientifiques ;
- l’AFD construit 750 classes et 370 toilettes pour accueillir les élèves du secondaires ;
- l’AFD favorise une offre de formation professionnelle plus adaptée aux besoins du marché, et le développement de l’enseignement technique dans le pays.

Favoriser une agriculture plus rentable et durable

L’agriculture est un secteur clé de l’économie du Bénin : elle emploie 70 % de la population. Le défi : structurer une agriculture familiale plus rentable, durable et équitable.

L’AFD promeut l’amélioration de la productivité des exploitations familiales et l’essor des filières prometteuses. Ses financements ont pour objectifs de :

- renforcer les capacités techniques et économiques des agriculteurs et des organisations paysannes ;
- former les futurs cadres du centre Songhaï, la grande école de fermiers-entrepreneurs du Bénin ;
- appuyer le développement agricole du département des Collines en renforçant les capacités des communes et associations locales.

Des actions qui portent leurs fruits : plusieurs milliers d’agriculteurs ont ainsi bénéficié de conseils de gestion. Et les effets sont positifs : réduction des difficiles périodes de soudure alimentaire entre deux récoltes, amélioration des rendements et des revenus, et nouvelle dynamique de projets, en particulier chez les femmes (création d’activités commerciales et de transformation).

Accompagner la croissance urbaine

La population du Bénin pourrait doubler d’ici 2030… et avec elle, le nombre de citadins : la moitié des habitants devrait alors vivre en ville. Une croissance démographique qui soulève de nouveaux enjeux urbains et environnementaux.

Pour favoriser une urbanisation maîtrisée propice au bien-être des populations, l’AFD accompagne les collectivités locales béninoises en combinant la planification et l’adaptation aux changements climatiques.

Le projet emblématique « Porto-Novo, ville verte » illustre la réussite d’un aménagement urbain avec une approche « climat ». Porto-Novo est en effet devenue une ville résiliente, adaptée au changement climatique et soucieuse de la préservation de son environnement. Présenté lors de la COP 21 et du Forum urbain mondial de Medellin, ce projet est devenu le symbole d’un développement urbain durable répondant aux enjeux des villes béninoises.

Promouvoir la transition énergétique

Le déficit en énergie constitue un frein à la croissance du Bénin. Et l’accès de la population au réseau électrique reste faible. Mais le gouvernement béninois a pris les choses en main et vise un objectif ambitieux : la suffisance énergétique d’ici 2020. Il lui faut pour cela augmenter la capacité de production, améliorer le transport et la distribution d’énergie, et électrifier les campagnes.

L’AFD finance :

- le renforcement du réseau de distribution électrique existant géré par la Société béninoise d’énergie électrique, et son extension en milieu rural ;
- la construction d’une nouvelle centrale photovoltaïque.

Dernière modification : 17/01/2018

Haut de page