Note d’information sur l’épidémie ébola en Afrique de l’ouest

SITUATION AU BÉNIN :

A ce jour aucun cas d’infection n’a été enregistré au Bénin.

Le seul pays voisin touché par le virus est le Nigéria (Lagos et Port Harcourt) (virus importé par un Libérien infecté) où la situation semble bien maîtrisée pour l’instant.
Le risque d’introduction du virus au Bénin est faible mais existe. C’est pourquoi le Gouvernement du Bénin avec la guidance de l’OMS et en lien étroit avec les chancelleries a défini une stratégie de prévention et de riposte.
L’ambassade de France suit l’évolution de la situation dans la sous-région pluri-quotidiennement en lien avec le Centre de Crise du Ministère français des Affaires étrangères et du Développement international et avec les autorités béninoises et ses partenaires.

COMMENT SE TRANSMET LE VIRUS : HALTE AUX RUMEURS !

• Le virus Ebola est moins contagieux que les virus communs (grippe, rougeole, etc.) et très fragile. Il faut donc un contact très étroit avec une personne infectée et malade pour être contaminé (risque infime par exemple lors d’un voyage en avion ou autre).

• Une personne infectée ne devient contagieuse qu’après l’apparition des premiers symptômes, la période d’incubation variant de 2 à 21 jours

• Le virus se transmet alors par :
o un contact direct (peau lésée, muqueuses) avec :
o un objet contaminé par les sécrétions corporelles (seringues par exemple). En aucun cas par des billets de banque, des passeports ou autres documents !
o les sécrétions corporelles d’un malade contaminé : salive, sang, urines, fèces, vomis, selles, sperme, lait maternel, sueurlle contact physique avec le cadavre d’un malade décédé de l’infection à Ebola ou d’un animal contaminé mort (chasse). Les cadavres restent contaminants plusieurs jours après la mort.
o la manipulation et l’ingestion de viande de brousse contaminée (chauves-souris, singes, antilopes, rongeurs, etc.)


COMMENT RECONNAIT-ON UN MALADE ATTEINT DU VIRUS EBOLA ?

A noter que les symptômes de la maladie à Ebola sont très communs et partagés par de nombreuses autres infections auxquelles il faut d’abord penser en l’absence d’historique faisant penser à Ebola (séjour en zones d’épidémie depuis plus de 2 jours et moins 21 jours, contact familial avec un malade atteint, consommation de viande de brousse) : paludisme, fièvre typhoïde, dengue, shigelloses, méningites, hépatites, etc.

Les symptômes :

• Brusque accès fébrile

• Faiblesse intense, douleurs musculaires, céphalées, maux de gorge puis :

• Vomissements, diarrhée, rash cutané, troubles de la fonction rénale et de la fonction hépatique

• Quelques fois seulement : hémorragies externes et internes.

Diagnostic (contacter immédiatement votre médecin !) :

• Historique du patient

• Signes cliniques

• Elimination des autres pathologies possibles (paludisme+++)

• En laboratoire ultraspécialisé et protégé, diagnostic virologique (24h-48h). Il existe des laboratoires de très haute protection à Lagos, à Accra, à Abidjan et dans les pays où l’épidémie sévit actuellement. Le Bénin est en cours de négociation avec le Ghana pour l’analyse éventuelle de prélèvements.

QUELLES PRÉCAUTIONS PRENDRE ?

Au Bénin, dans la situation actuelle d’absence de cas, les mesures à prendre sont des mesures d’hygiène basiques et habituelles :

• Lavage des mains à l’eau et au savon dans les circonstances habituelles où cela devrait être fait systématiquement (cela suffit pour éliminer ce virus très fragile) : cuisine, après avoir uriné ou déféqué, les relations sexuelles, manipulation de sécrétions corporelles, etc.

• Désinfection régulière à l’eau de Javel des surfaces en contact avec les sécrétions corporelles ; sans oublier celles du personnel de maison, comme cela doit se faire de façon habituelle

• Ne pas manipuler ni manger de la viande de brousse (le virus est détruit par la cuisson mais l’animal peut être contaminant avant)

• Informer votre personnel des risques et des mesures à prendre. S’enquérir s’ils ont de la famille ayant ces symptômes ou s’ils voyagent sur Lagos ou Port Harcourt ou en Guinée forestière, Sierra Leone ou Libéria ; ou décès dans la famille.

• Eviter tout contact rapproché avec une personne malade revenant de Guinée, S-L, Libéria et les villes de Lagos et Port Harcourt

• Inciter toute personne malade ayant ces symptômes à consulter un médecin

En milieu scolaire : pas de précautions particulières à ce stade
-  Mesures habituelles d’hygiène (idem ci-dessus)
-  Si un enfant présente les symptômes décrits ci-dessus, consulter-sans panique !-votre médecin. Il a toutes les chances d’avoir une autre pathologie que la maladie à Ebola !
-  Conformément au règlement intérieur de l’établissement, tout enfant fiévreux ne doit pas se présenter en classe.

Le site de l’ambassade mettra en ligne toute information utile

Dernière modification : 05/09/2014

Haut de page