[AFD] - Cérémonie de sortie de la première promotion du Centre de Formation Professionnelle en Transfusion Sanguine

Lundi 5 février, l’Ambassadrice de France au Bénin, SE Mme Véronique Brumeaux, accompagnée de M. Adrien Haye, directeur de l’AFD Bénin a assisté à la cérémonie de sortie de la première promotion du Centre de Formation Professionnelle en Transfusion Sanguine (CFPTS).

Le projet de création du Centre de Formation Professionnelle en Transfusion Sanguine (CFPTS) a été initié par l’Agence Nationale pour la Transfusion Sanguine (ANTS) en 2011, avec l’appui de l’Association pour la Promotion de l’Éducation et de la Formation à l’Étranger (APEFE). La contribution de l’APEFE au démarrage du projet a été marquée par une formation des formateurs en 2012 selon la méthode d’approche par les compétences (APC), la rédaction des modules de formation par lesdits formateurs, et l’acquisition de matériels didactiques.

Le projet a évolué en 2014 avec le décret N°14-787 en date du 31 décembre 2014 qui a consacré la création du CFPTS. L’année 2017 a été celle du démarrage effectif du centre, à travers :
- Le recyclage des formateurs selon la méthode APC, sur financement du Projet d’Appui aux Organisations béninoises par le Renforcement des Compétences des ressources humaines (PAORC) en avril 2017 ;
- La mise à disposition des locaux devant abriter le centre ainsi que leur réhabilitation par l’ANTS ;
- La contribution de l’Agence Française de Développement (AFD) à travers le Programme d’Appui à la Santé Maternelle et Infantile (PASMI)

Sources de financement

Le CFPTS bénéficie de la contribution financière de :
- L’État béninois à travers sa participation au fonctionnement du centre qui est l’une des directions techniques de l’ANTS ;
- L’APEFE qui a financé la formation de base des formateurs en APC et l’acquisition des premiers matériels didactiques en 2012 ;
- Le PAORC qui a pris en charge le recyclage des formateurs selon la méthode APC en 2017 ;
- Le PASMI qui assure le financement de la quasi-totalité des activités du centre depuis son démarrage.

Allocution de Mme Véronique Brumeaux, Ambassadrice de France au Bénin, lors de la cérémonie

"Le sujet qui nous réunit cet après-midi est au cœur des enjeux de santé pour la population : nous sommes tous sans distinction de potentiels demandeurs de produits sanguins, nous sommes tous de potentiels « transfusés ». La disponibilité, le traitement et la sécurisation des produits sanguins peut sauver des milliers de vies chaque année.

Malgré l’investissement consenti dans ce domaine, le Bénin a des défis encore importants à relever en matière de mise à disposition de produits sanguins de qualité, qui reste très inférieure aux besoins. Depuis 2014, nous nous éloignons du seuil minimum d’autosuffisance fixé par l’OMS à 1%. En effet, la baisse de produits sanguins labiles constatée en 2014 s’est poursuivie en 2015 et 2016 (de 0,74% à 0,66%). Mettre à disposition ces produits pour la vie des mères, des nouveaux nés, des enfants, des accidentés, des grands malades, nécessite une mobilisation constante, sans faille et dans la durée. La formation de ceux qui traitent et manipulent les produits sanguins constitue l’un des axes majeurs de cette mobilisation.

Sous le leadership du professeur Ludovic ANANI, l’Agence nationale de transfusion sanguine (ANTS) créée en 2011 s’est mobilisée pour mettre en place un environnement favorable à une formation solide et de qualité, ayant conduit à la création du Centre de formation professionnelle en transfusion sanguine.

Le 17 mai 2017, nous étions dans cette même salle pour la cérémonie de lancement de ce centre et le recrutement de sa 1ère promotion.

Un peu moins d’un an plus tard, je me réjouis donc particulièrement d’être de nouveau parmi vous, pour la cérémonie de sortie de cette 1ère promotion, constituée de 5 sages-femmes, 9 infirmiers diplômés d’État et 6 bio-technologistes.

Cette formation a été rendue possible en grande partie grâce :
- a l’appui de l’Établissement Français du Sang (EFS) dans la conception des modules de formation ;
- au financement de l’Agence Française de Développement (AFD), à travers le Projet d’Appui à la Santé Maternelle et Infantile (PASMI, financé par l’AFD sur subvention à hauteur de 6,6 milliards de FCFA).

Le projet PASMI a ainsi permis de :
- prendre en charge totale des frais d’inscription, des frais pédagogiques et des frais de stage des deux premières promotions du CFPTS ;
- le financement d’une mission de suivi des stages effectués par les stagiaires ;
- la mise en place d’un parc informatique au profit des stagiaires de ce centre.

Au total l’appui de l’AFD au Centre de formation professionnelle en transfusion sanguine est estimé à près de 100 millions de francs CFA.

La formation suivie au CFPTS est particulièrement solide et se déroule en 3 phases :

- 18 semaines de cours complétés par des travaux dirigés et des travaux pratiques ;
- 14 semaines de stage dans les antennes départementales de l’ANTS et dans les services de soins ;
- 2 semaines pour la finalisation et la soutenance des rapports de stages.

Je suis persuadée qu’elle permettra à celles et ceux qui l’ont suivie avec succès d’apporter une contribution significative à la qualité et à la bonne utilisation des produits sanguins, pour le bien de ceux qui en ont tant besoin.

Monsieur le Ministre, il me plait de rappeler ici que cet appui de la France s’inscrit dans un soutien plus global au développement et à l’amélioration de la transfusion sanguine au Bénin, à travers :

- des formations de courte durée des utilisateurs de sang et de dérivés sanguins dans les hôpitaux (122 agents en tout : sages-femmes, infirmiers des services de pédiatrie ainsi qu’anesthésistes des blocs opératoires), des prescripteurs de produits sanguins, et plus particulièrement les acteurs des soins obstétricaux et néonataux d’urgence (64 agents au total), sans oublier les techniciens de laboratoire et la formation internationale en pathologies hématologiques réalisée en février 2017 ;
- le renforcement du plateau technique des centres départementaux de transfusion sanguine ;
- la mobilisation et la meilleure sélection des donneurs, qui a nécessité un engagement fort de tous, que ce soit dans les questionnaires pré dons, les messages diffusés sur 12 radios communautaires, les cellules universitaires, ou l’édition du « Mémo sur la transfusion sanguine ».

Au total, cette contribution de l’Agence Française de Développement à l’ANTS est estimée à près de 400 millions de francs CFA sur la période 2015-2018.

Au-delà du PASMI, je voudrais rappeler la contribution de la France aux fonds verticaux consacrés à la santé, et notamment au Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme pour près de 230 milliards de FCFA, dont une partie doit permettre d’accompagner le Bénin dans la mise en œuvre de sa politique sanitaire.

Pour conclure, je tiens à saluer l’engagement et l’implication du ministère de la santé et du Professeur Ludovic ANANI qui ont permis la création du CFPTS, son Directeur et ses équipes, et à adresser aux récipiendaires de cette 1ère promotion toutes mes félicitations. Je formule le vœu que vous soyez rapidement affectés dans les unités de soins, pour mettre en pratique les connaissances et les compétences acquises et contribuer à sauver des vies".

Dernière modification : 07/02/2018

Haut de page