[Partenariat mondial pour l’éducation] - Le Sénégal et la France co-président la conférence de financement du GPE

L’investissement dans l’éducation est une priorité de la France. Les 1er et 2 février, la France a co-présidé avec le Sénégal la Conférence de financement du Partenariat mondial pour l’éducation (Global Partnership for Education).

Une éducation de qualité est le fondement de l’amélioration des conditions de vie des êtres humains et du développement durable.

La communauté internationale s’est engagée en incluant dans les objectifs de développement durable une éducation inclusive et de qualité pour tous. Si des progrès majeurs ont déjà été réalisés, il est nécessaire de poursuivre les efforts pour atteindre cet objectif. L’amélioration des systèmes éducatifs des pays est l’affaire de tous et la France est particulièrement investie sur ce sujet.

L’engagement de la France dans l’éducation

L’investissement dans l’éducation est l’une des grandes priorité de la France.
Depuis 2009, la France consacre en moyenne 15% de son Aide publique au développement à l’éducation et la formation.

Lors de l’Assemblée générale des Nations unies à New York en septembre 2017, le Président de la République Emmanuel Macron a rappelé que les défis de la mondialisation contemporains, comme les grandes migrations ou le terrorisme, ne pourront être relevés que par l’éducation.

A cet effet, la France concentre en particulier son action sur deux priorités :

- Promouvoir l’éducation dans les régions qui sont le plus en difficulté (crises, guerres, pauvreté)
- Favoriser l’éducation des filles pour réduire les inégalités entre les femmes et les hommes

JPEG

Le Partenariat mondial pour l’éducation

Créé en 2002, le Partenariat mondial pour l’éducation est le seul organisme multilatéral exclusivement consacré à l’éducation.

Son action a pour objet de renforcer les systèmes éducatifs des pays en développement, afin d’augmenter de façon significative le nombre d’enfants scolarisés engagés dans un apprentissage efficace.

Le Partenariat vise à mobiliser la communauté internationale pour un effort accru afin de financer le développement de systèmes éducatifs pérennes et résilients.

A cet effet, la France a co-présidé avec le Sénégal les 1er et 2 février 2018 la Conférence de financement du Partenariat mondial pour l’éducation (PME) pour le triennum 2018-2020.

Cette conférence avait pour but de rassembler les 3.1 milliards de dollars nécessaires au Partenariat afin d’atteindre ses objectifs stratégiques d’ici 2020, notamment :

- de meilleurs résultats d’apprentissage
- le renforcement de l’équité, de l’égalité des sexes et de l’inclusion
- des systèmes d’éducation efficaces et efficients Concrètement, cette somme permettra de financer la mise en œuvre de plans d’éducation de 67 pays en développement, bénéficiant ainsi à 870 millions d’enfants et d’adolescents.

Résultats

Les pays donateurs ont annoncé des contributions au GPE de 2,3 milliards de dollars, une augmentation substantielle du financement, comparé à 1,3 milliard de dollars contribués au cours des trois dernières années. Par ailleurs, plusieurs pays donateurs ont indiqué leur intention de contribuer d’autres fonds au cours de la période de financement.

La plus importante source de financement de l’éducation demeure les pays en développement eux-mêmes. Plus de 50 pays en développement ont ainsi annoncé qu’ils augmenteraient leurs dépenses publiques consacrées à l’éducation pour la période 2018 – 2020 pour atteindre un montant total de 110 milliards de dollars, comparé à 80 milliards de dollars entre 2015 et 2017.

Le GPE encourage les pays en développement à augmenter leurs dépenses en matière d’éducation pour atteindre 20 % de leur budget total. Sur les États qui se sont engagés aujourd’hui, plus des deux tiers auront atteint ce but d’ici 2020.

« Je suis enthousiasmée par la générosité et la détermination dont nous avons été témoins aujourd’hui pour garantir à chaque enfant et chaque jeune un accès à une éducation de qualité. Suite aux engagements de la journée, nous voyons émerger une réelle tendance à prendre à bras le corps la crise mondiale de l’apprentissage » a déclaré Julia Gillard, Présidente du Conseil d’administration du GPE et ex-Premier ministre de l’Australie. « Le succès de la conférence marque un tournant du soutien politique mondial au financement de l’éducation, ainsi qu’une nouvelle dimension et profondeur de notre partenariat ».

Les Émirats Arabes Unis ont rejoint le GPE lors de la conférence, devenant ainsi le premier bailleur arabe avec une contribution annoncée de 100 millions de dollars. Le Sénégal, outre son engagement à augmenter ses propres dépenses en matière d’éducation, est devenu le premier bailleur africain du GPE. Les Pays-Bas et l’Espagne ont renouvelé leur implication, et pour la première fois, la Chine était présente.

« Ce soutien sans précédent signifie aujourd’hui que le Partenariat mondial pour l’éducation peut continuer à se concentrer sur les enfants les plus exclus et les plus vulnérables, et s’efforcer d’élargir son aide à 89 pays, dans lesquels vivent 870 millions d’enfants et 78 pourcent des enfants non scolarisés dans le monde » a déclaré Alice Albright, Directrice générale du Partenariat mondial pour l’éducation.

Le PME, en chiffres

- 72 millions d’enfants supplémentaires scolarisés à l’école primaire depuis 2002
- 3,1 milliards de dollars nécessaires pour soutenir la scolarisation dans le monde
- La France contribue à hauteur de 9 millions d’euros (2014-2017)
- Les 5 premiers bénéficiaires de l’aide française à l’éducation de base (2015) : Wallis et Futuna, le Maroc, le Niger, le Sénégal et la Tunisie

Dernière modification : 05/02/2018

Haut de page