Renforcement des capacités opérationnelles des Forces Armées Béninoises

Du 1er au 12 décembre 2014, se sont déroulées plusieurs formations spécialisées au profit du personnel de l’Armée de Terre et des Forces Navales conduites par 3 détachements d’instruction technique (DIT), constitués de 5 experts en provenance des Eléments Français au SENEGAL (EFS).

Malgré de fortes contraintes organisationnelles engendrées par l’implication des Forces Armées Béninoises dans la manœuvre nationale ADJINAKOU qui s’est achevée fin novembre, l’état-major des Forces Navales et celui de l’Armée de Terre ont néanmoins souhaité maintenir ces stages importants, qui ont ainsi permis d’instruire respectivement 17 spécialistes AEB (auto – engins blindés), 41 exploitants-techniciens des transmissions et 35 marins, membres d’équipage.

DIT AEB - Séance pratique technique de remorquage
ADC GUILLERMIN– Instructeur EFS

JPEG

Les formations avaient respectivement pour objectif de remettre à niveau les connaissances sur la maintenance des véhicules français de type VLRA [1] et ALTV [2] de la société ACMAT déployés sur les théâtres d’opération extérieurs onusiens (DIT AEB), sur l’exploitation et le dépannage des postes radio numérique HF de type TK80/90 acquis par la coopération militaire française (DIT TRANS) et enfin sur les opérations de lutte et de prévention contre les risques d’incendie à bord des bâtiments des Forces Navales (DIT SSI – sécurité des systèmes incendie).

Dans ce dernier cas, la coopération contribue à apporter un soutien à la marine béninoise afin de lui permettre d’être préparée, en toutes circonstances, à assurer ses missions d’action de l’état en mer notamment dans les domaines de la lutte contre la piraterie et les trafics illicites.

La présence d’instructeurs français marins pompiers permet d’orienter les entrainements de sécurité incendie sur les patrouilleurs et également dans les bâtiments de la base navale de Cotonou car les incendies sur les navires sont particulièrement dangereux pour de nombreuses raisons : ils contiennent des hydrocarbures, des réservoirs d’air et de gaz sous pression, de la peinture, des solvants,... En cas de déclenchement d’un sinistre, les bâtiments situés à proximité immédiate sont aussi vulnérables. Faute de moyens préparés et mis en œuvre à temps, les dégâts sont toujours importants. C’est la raison pour laquelle dans la marine, plus encore qu’ailleurs, la sécurité incendie est l’affaire de tous !

DIO SSI Marine - Séance pratique de lutte contre l’incendie
MT BOISSEL – Instructeur EFS

JPEG

[1VLRA : Véhicule léger de reconnaissance et d’appui

[2ALTV : ACMAT Light Tactical Vehicle

Dernière modification : 17/12/2014

Haut de page