Sûreté de l’aviation civile : 20 personnes formées en gestion de crise.

L’Agence Nationale de l’Aviation Civile (ANAC) à Cotonou accueille, depuis lundi 02 mai 2011 et jusqu’au 6 mai prochain, une formation sur le thème de la gestion de crise en sûreté de l’aviation. Vingt personnes issues des corps de l’Etat (Police, Gendarmerie, Douanes), des organismes de l’aéroport et de sociétés prestataires de service en charge de la sûreté à l’aéroport international Bernardin Gantin de Cotonou en bénéficient.

La formation, ouverte par le directeur général de l’aviation civile, M. Aristide de Souza, s’inscrit dans le cadre d’un projet élaboré et financé par la coopération française : Appui à la Sûreté de l’Aviation Civile en Afrique (ASACA).

Premier stage du projet, celui-ci a été conçu dans le but de faire acquérir aux participants les connaissances et les aptitudes nécessaires pour établir et mettre en œuvre les procédures appropriées de gestion de crises rencontrées dans le milieu de l’aviation civile (détournement d’avion, prise d’otages, attaque d’avion ou d’aéroport, attaque d’installations aéroportuaires…).

La formation est dispensée par deux experts en sûreté de la sous-région : M. Silamakan Mamadou Diop, instructeur à Bamako et M. Jean-Pierre Bakouan, instructeur à Ouagadougou, tous deux certifiés par l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI).

Le projet ASACA, dit « mobilisateur », a été élaboré en partenariat avec l’Agence pour la sécurité de la navigation aérienne en Afrique et à Madagascar (ASECNA), l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) et l’appui de la Banque mondiale.

D’une durée de trois ans, il vise à renforcer le niveau de la sûreté de l’aviation civile des Etats d’Afrique de l’Ouest, centrale et de certains Etats de l’Est. Au total, 20 pays africains vont bénéficier de ce projet d’un montant de 655.000.000 FCFA qui se décline principalement en programmes de formation dans le domaine de la sûreté de l’aviation civile.

La mise en œuvre du projet est coordonnée au plan régional par la cellule régionale d’assistance à la sûreté de l’aviation civile (CRASAC), basée à Dakar et composée de policiers français.

D’autres formations en matière de sûreté de l’aviation civile sont envisagées au Bénin en 2011 et au cours des deux années suivantes. Ces formations, mises en place par l’assistant technique en sûreté aéroportuaire du Service de sécurité intérieure, avec l’aide de l’Agence nationale de l’aviation civile, mobiliseront des experts français et africains.

JPEG

Dernière modification : 05/05/2011

Haut de page