Un petit tour dans le Nord

Polytechniciennes en stage d’enseignement à Cotonou (Bénin), nous avons été envoyées en mission au Lycée Militaire de Jeunes Filles de Natitingou pour une durée de trois semaines.

A notre arrivée sur place, l’accueil du colonel responsable de l’établissement ainsi que du directeur des études (DE) a été chaleureux, ce qui nous a permis de nous sentir rapidement à l’aise. Nous avons ensuite fait connaissance avec les jeunes filles du lycée, et plus particulièrement les classes de Terminales C et D et de Troisième ; en effet, la direction avait préféré nous faire intervenir en priorité dans les classes dites à examen.

Le stage s’est déroulé en deux temps du point de vue de notre intervention : pendant la première semaine, nous n’avons fait qu’assister au cours des professeurs, puis par la suite nous avons pris plus de responsabilités et assuré des cours et travaux dirigés avec et sans l’aide des professeurs. En plus de cela, nous surveillions tous les soirs l’étude, obligatoire pour toutes les classes. C’est à cette occasion que nous nous sommes rapprochées des filles : l’ambiance était bien plus détendue, et elles n’hésitaient pas à nous poser une multitude de questions, aussi bien scolaires que personnelles.

Nous n’étions pas logées dans l’enceinte du lycée, mais dans la ville de Natitingou, à 2km. Malgré tout, nous avons partagé le quotidien des filles : la pause goûter à 10h, le rapport du midi suivi du déjeuner, la sieste dans leur dortoir de 13h à 15h, le sport en fin ou début de journée, le dîner, la fin de soirée… La vie en lycée militaire est très encadrée, les règles assez strictes, et les bâtiments assez rustiques, mais nous nous sommes vite aperçu que les filles étaient très soudées et qu’elles vivaient très bien leur scolarité ici – même si elles nous ont toutes avoué que la première année, celle de Sixième, avait été assez éprouvante.

La situation dans ce lycée nous a semblé très différente de celles que nous avions rencontrées auparavant dans les lycées cotonois : l’accès à ce lycée militaire est très sélectif (il s’effectue en Sixième par le biais d’un concours mi-national, mi-régional), les études entièrement financées par l’état béninois, et les élèves, conscientes de leur chance, travaillent d’autant plus dur pour ne pas la gâcher ! Par exemple, un second redoublement en collège ou lycée signifie un renvoi, donc un retour à charge pour les parents, chose difficilement envisageable dans certains cas… Les élèves sont donc meilleures et plus impliquées qu’à Cotonou, et ce fut vraiment un plaisir de travailler dans ces conditions !

La soirée d’adieu organisée le dernier soir a clôt ce séjour à Natitingou, et c’est avec une tristesse partagée que nous nous sommes quittées le vendredi 1er avril. Mais nous les savons entre de bonnes mains, et avons bon espoir pour un 100% de réussite au baccalauréat et au BEPC cette année !

Maëlle et Sophie

JPEG

JPEG

Dernière modification : 27/04/2011

Haut de page