Visite de S. Exc. Dr. Boni Yayi, Président de la République du Bénin, à l’Ambassade de France avant son départ pour la COP 21

JPEG

Dans la perspective de la 21ème Conférence des parties à la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (COP 21, du 30 novembre au 11 décembre 2015), S. Exc. Dr. Boni Yayi, Président de la République du Bénin, s’était rendu à l’Ambassade de France, le lundi 16 novembre 2015 pour s’intéresser aux phénomènes du changement climatique et ses impacts au Bénin mais aussi pour échanger avec des chercheurs béninois sur les avancées réalisées dans la mise en œuvre de projets visant la protection de l’environnement au Bénin.

Une très importante délégation ministérielle était présente, comprenant M. François Abiola, Vice-Premier ministre chargé de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Mme Evelyne da Silva Ahouanto, Garde des Sceaux, Ministre de la Justice, de la Législation et des Droits de l’homme, M. Saliou Akadiri, Ministre des Affaires étrangères, de l’Intégration africaine, de la Francophonie et des Béninois de l’Extérieur, M. Gustave Dépo Sonon, Ministre des Travaux publics et des Transports, M. Théophile Worou, Ministre de l’Environnement chargé de la gestion des Changements climatiques, du Reboisement et de la Protection des ressources naturelles et forestières, M. Etienne Kossi, Ministre de la Communication et des Technologies de l’Information et de la Communication, et Mme Christine Viaho, Ministre de l’Hydraulique.

JPEG

Accompagné par Mme Aline Kuster-Ménager, Ambassadrice de France, le Président de la République s’était d’abord intéressé à l’exposition « Océan – Climat » organisée par l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD). Cette exposition a présenté les interactions existant entre l’océan et le climat, les phénomènes de dérèglement climatique comme El Niño ou la mousson ouest-africaine, et les recherches scientifiques mises en œuvre pour comprendre le changement climatique actuel.

Les responsables de l’observatoire de Grand Popo ont ensuite présenté au Président de la République leur outil de recherche qui permet de mesurer précisément les effets tangibles du réchauffement climatique à travers l’élévation du niveau de la mer et son impact sur l’érosion littorale.

Enfin, le Président de la République s’était intéressé aux quatre projets Béninois proposant des solutions concrètes au problème du réchauffement climatique et qui seront présentés pendant la COP 21 à Paris avec le soutien de l’Ambassade de France.

Le projet de Gestion Durable des Forêts Communales du Bénin est porté par le Maire de Tchaourou, M. Bio Sounon Bouko. Il est soutenu par le Fonds Français pour l’Environnement Mondial (FFEM). Ce projet est centré sur la Communauté Forestière du Moyen-Ouémé (CoForMO). Il s’agit d’aménager plus de 19 000 ha de terre, en prévoyant notamment 3000 ha de reboisement. L’objectif est de favoriser le développement économique et social des populations riveraines.

Le projet « Porto-Novo Ville verte » a été présenté par M. Emmanuel Zossou, le Maire de Porto-Novo. Le développement urbain de la capitale est un enjeu majeur que plusieurs partenaires français souhaitent aider : l’Agence Française de Développement, le FFEM, la Communauté d’Agglomération de Cergy-Pontoise et le Grand Lyon. L’objectif est que le développement de la ville prenne en compte la protection de ses zones les plus vulnérables aux inondations induites par le réchauffement climatique.

JPEG

Le projet de l’entreprise solidaire « Green Keeper Africa » vise à tirer profit de la prolifération des jacinthes d’eau, qui menacent nos lacs et nos rivières en empêchant la navigation, en restreignant la pêche, en favorisant un certain nombre de maladies, en affaiblissant l’économie locale et en réduisant la biodiversité. Green Keeper Africa propose de transformer ces jacinthes en produits commercialisables et durables, comme des biofertilisants, des fibres absorbantes pour la dépollution et des aliments pour le bétail. Ce projet a été le lauréat pour le Bénin du concours « La France s’engage au Sud », lancé en 2015 par le Président de la République française.

JPEG

Le projet de gestion intégrée des ressources en eau des communes du Zou est porté par M. Luc Atrokpo, Maire de Bohicon, avec l’aide, notamment, de la communauté d’agglomération Seine-Eure. Les six communes du Zou sont confrontées à de graves inondations. Afin de transformer ce danger récurrent en « eau portunité », ce projet vise à établir un diagnostic détaillé puis à réfléchir aux solutions hydrauliques « douces » qui permettront de contrôler les eaux de ruissellement.

Au terme de sa visite, S. Exc. Dr. Boni Yayi, Président de la République du Bénin, a remercié « au nom de l’Afrique et de toute l’humanité » Mme l’Ambassadrice de France et les chercheurs Béninois pour cette riche présentation et les échanges intervenus avec les scientifiques.

JPEG

A cet égard, le Président de la République a souligné le « rôle des hommes de science qui ont tiré la sonnette d’alarme et que nous devons écouter, car la science ne ment pas et les travaux scientifiques nous permettent de mieux comprendre l’origine des fléaux qui nous menacent ». Il a salué « l’importance et la qualité de la coopération française avec les chercheurs béninois ».

Par rapport à la conférence de Paris, COP 21, le Président de la République du Bénin a dit son espoir que « cet accord de la dernière chance soit l’évènement du 21ème siècle, la rupture que nous attendons tous, et que l’accord contraigne tous les pollueurs du monde à limiter leurs émissions de gaz à effet de serre. Nous avons reçu un S.O.S. du monde : il faut faire de Paris un succès pour tous les citoyens ».

Le Président de la République a conclu en indiquant que l’accord de Paris doit permettre de « renforcer la sécurité et la prospérité du monde, notamment sur le continent africain ».

Dernière modification : 13/04/2016

Haut de page