[AFD] - Signature d’une convention de financement du Programme d’Adaptation des Villes aux Changements Climatiques (PAVICC)

En marge de la visite du Président de la République du Bénin, M. Patrice Talon, à Paris le 5 mars 2018, le Ministre béninois des Finances, M. Romuald Wadagni et le PDG de l’AFD, M. Rémy Rioux ont signé une convention de financement du Programme d’Adaptation des Villes aux Changements Climatiques (PAVICC).

Le Président de la République du Bénin, M. Patrice Talon et le PDG de l'AFD, M. Rémy Rioux - JPEG

Le Programme d’Adaptation des Villes aux Changements Climatiques (PAVICC)

Le Programme d’Action du Gouvernement (PAG) a fait du développement urbain un secteur clé de la politique gouvernementale sur la période 2016-2021.
Au-delà d’un « développement équilibré et durable de l’espace national » (axe 7), le PAG vise « l’amélioration du cadre de vie et du bien-être de tous les Béninois à travers la promotion d’un développement inclusif et durable, articulé autour de villes résilientes et sûres ».

Alors que le Bénin fait aujourd’hui face à des questions environnementales cruciales qui pourraient compromettre les efforts consentis ces dernières années en faveur du développement des villes, les autorités béninoises souhaitent faire du PAVICC un programme emblématique de l’expérience « villes et climat », dans la ligne directe du projet « Porto-Novo, ville verte » (subvention AFD de 8 M€ octroyée à la collectivité en septembre 2015), initiative innovante au Bénin.

Contenu du Programme et financement envisagé

Le projet PAVICC a pour finalité d’améliorer le cadre de vie et la résilience des territoires et des populations béninoises en prenant en compte les risques liés aux changements climatiques dans la planification et l’aménagement urbains.

Selon une approche intégrée, le projet propose d’impulser et d’accompagner cette dynamique dans 4 collectivités particulièrement vulnérables aux pressions anthropiques et soumises à de fortes problématiques d’inondations et d’érosions : les villes de Cotonou (extension de deux collecteurs et aménagement d’espaces publics), Sèmè-Kpodji (construction d’une passerelle piétonne pour désenclaver et développer la zone de Tchonvi), Comè (réhabilitation de placettes dans le noyau historique et développement de l’agriculture péri-urbaine) et Bohicon (extension d’un collecteur pour lutter contre les inondations).

Le PAVICC se structure en quatre composantes :

- composante 1 « Planification urbaine » : réalisation d’outils de planification urbaine stratégiques et opérationnels, opposables aux tiers, afin d’ « anticiper » pour ne pas reproduire les situations actuelles et mieux prendre en compte les risques climatiques, urbanistiques, socioéconomiques dans les documents d’aménagement du territoire (schémas directeurs d’aménagement urbain, plans de développement communaux pour les quatre villes bénéficiaires, etc.) ;

- composante 2 « investissements urbains résilients » pour développer les services urbains essentiels pérennes - infrastructures de drainage (collecteurs d’eaux pluviales), désenclavement des quartiers (pavage, assainissement, aménagement urbain), sécurisation des biens matériels et de zones inondables en adaptant les espaces aux changements climatiques dans les quatre villes (aménagement urbanistique et paysager de zones vertes humides en milieu urbain) ;

- composante 3 « renforcement des capacités locales et nationales et conduite du changement » pour améliorer (a) le contrôle de l’urbanisation, la maintenance des ouvrages – problème crucial au Bénin - et les capacités financières des villes, et (b) financer l’assistance technique internationale.

- composante 4 : « mise en œuvre et suivi-évaluation du programme » : fonctionnement de la cellule de coordination du programme ; maîtrises d’œuvre du programme ; communication/sensibilisation des municipalités et des populations ; audits ; évaluations externes ; mesures environnementales pour la mise en œuvre des travaux ; etc.

Impacts

Ce programme devrait bénéficier directement à environ 120 000 personnes. Plus concrètement, sa mise en œuvre devrait permettre :

à Cotonou :

- la réalisation de 9 640 mètres linéaires (ml) de caniveaux, de 6 180 ml de pavage pour la zone du collecteur WA et de 1 730 ml de collecteur pour la zone du collecteur XX ;
- la protection et l’aménagement de 13 hectares (ha) de zones humides.

à Sèmè-Podji :

- la réalisation de 9 950 ml de voirie pavée et de 23 900 ml de caniveaux ;
- la protection et la mise en valeur de 40 ha de zones humides et le reboisement de 50 ha des berges.

à Comè :

- la réalisation de 3 200 ml de voie pavée et de 3850 ml de caniveaux ;
- la réhabilitation de 8 places traditionnelles ;
- l’agrandissement d’un collège par la construction de 12 classes et d’un bloc administratif ;
- l’aménagement d’une zone de maraîchage en zone humide de 5 ha au bénéfice de 100 agriculteurs.

à Bohicon :

- l’extension d’un collecteur (10 650 ml) et l’aménagement d’un bassin de rétention de 5 ha et de 5 ponts routiers et piétons ;
- l’aménagement urbanistique et paysager d’une promenade de 8 ha le long du collecteur ;
- l’aménagement de 2 forêts urbaines de 10 ha ;
- la plantation d’arbres sur 16 km d’artères principales ;
- l’aménagement d’une zone de maraîchage de 3 ha au bénéfice de 60 agriculteurs).

Le ministre béninois des finances, M. Romuald Wadagni et le PDG de l'AFD, M. Rémy Rioux - JPEG

Dernière modification : 06/03/2018

Haut de page